AKK FX3 Ultimate – Sous la loupe


Salut les pilotes !
Un petit test de l’émetteur vidéo FX3 Ultimate de chez AKK ça vous dit?
Comme vous le savez j’apprécie les tests d’émetteurs vidéos…. et d’émetteurs tout court d’ailleurs… autant continuer dans cette voie et rendre publique mes tests, cela pourra bénéficier à certains ou influencer l’achat ou non de tel ou tel émetteur en fonction des performances attendues sur votre build.
Ces derniers jours j’en ai testé quelques uns mais il faudra le temps que je mette en page tous ces résultats. Il y a du bon, du moins bon et du non fiable, donc restez à l’écoute 😉
Voici donc mon avis personnel, agrémenté de tests technique sur l’émetteur AKK FX3 Utimate.

Lien du produit testé dans cet article >> AKK FX3 Ultimate <<

Fiche technique

Type de matériel: émetteur vidéo
Gamme de fréquences: 5.8GHz
Nombre de canaux: 37
Puissance d’émission: 25mW / 200mW / 400mW / 600mW
Tension de fonctionnement: 7Vdc à 24Vdc
Consommation: de 100mA à 320mA @ 12Vdc (consommation différente selon la puissance)
Portée vidéo: plus de 2km avec une antenne omnidirectionnelle RHCP
Connexion d’antenne à l’émetteur: MMCX ou UFL
Connexion d’antenne au bout de la rallonge: SMA ou RP-SMA (en option à l’achat)
Connexion de l’émetteur via câbles pré-soudés
Dimensions: 26 x 26mm (carte), 20 x 20mm (trous de fixation)
Poids: 5,4g sans antenne
Fonctionnalités supplémentaires: SMART Audio, Pitmode, sortie 5Vdc 300mA , micro

Unboxing

L’émetteur AKK FX3 ultimate est arrivé dans une enveloppe à bulles.
C’est relativement bien protégé et discret compte tenu que l’émetteur est lui même empaqueté dans sa propre boite.
Le packaging AKK reste identique à la majorité de ses émetteurs: une petite boite en carton avec le logo de la société sur le couvercle.

De l’autre côté de la boite en carton on retrouve le matériel empaqueté sans autres indications.
Une étiquette toute délavée munie d’un code QR qui nous renvoie sur le facebook du fabricant AKK.

On retire le couvercle en carton pour découvrir notre émetteur, bien protégé dans sa loge prédécoupée dans une mousse blanche antichoc relativement dense.

Première chose qui m’a directement sauté aux yeux c’est que tous les fils nécessaires à son fonctionnement sont pré-soudés.. Adieu le connecteur qui permet de rapidement faire un échange de matériel sur le terrain!

On retire l’émetteur entouré de sa couche de mousse antichoc pour se voir dévoilé un carton perforé d’un gros trou en son centre (dans lequel passait au travers les fils pré-soudés sur l’émetteur)

Sous ce carton se trouvent la rallonge d’antenne MMCX vers SMA (ou RP-SMA selon votre préférence à l’achat) et le petit manuel d’utilisation en Anglais.

Manuel d’utilisation

Personne n’a envie de m’offrir un scanner?
En attendant et comme d’hab, je vous mets les photos prise du manuel d’utilisateur en ANGLAIS.

Le fonctionnement est simple mais en cas d’hésitation n’hésitez pas à vous référer au manuel.
Par exemple on notera qu’une led verte s’allumera en mode 25mW et seulement en mode 25mW !!! on ne saura pas sur quelle autre puissance on est est configuré sans devoir refaire toute la séquence de sélection au moyen du petit bouton de sélection (ou via l’OSD si on utilise le SMART audio)

Tour d’horizon

Le gros plan est réussi non? merci mon Xiaomi Mi Note 3 avec son zoom optique 2x :p
Que peut on voir à l’image?
A gauche, là où sont soudés les fils de connexion on pourra se référer à la sérigraphie si toutefois on casse un fil.
Ces fils sont en cuivre entouré de silicone, cela résiste bien à la température et c’est de bonne qualité… un bon point pour cet émetteur.
Les pads parlent d’eux même à part éventuellement le pad TBS qui est le pad SMART audio à la norme TBS (sélection à faire dans betaflight).
Sur la droite de la photo :
En haut – le micro qui renverra le son environnant dans le flux analogique descendant vers un récepteur compatible 5.8GHz.
Sur la partie tout à fait à droite supérieure – Le bouton de configuration et ses 7 micros LEDs à sa gauche.
Sur la partie tout à fait à droite inférieure – Les connecteurs d’antenne : soit UFL (mais aucune rallonge n’est fournie) soit le connecteur MMCX (une rallonge est fournie)

De l’autre côté de la platine on retrouve l’électronique de gestion dont la puce RTC6705 qui est l’émetteur 5.8Ghz proprement dit (le datasheet est ici pour les curieux).
On remarquera que l’électronique n’est ni protégée, ni blindée au moyen du traditionnel capot métallique comme sur les autres émetteurs. Est ce justifié? aucune idée et je n’ai pas poussé mes tests jusqu’à voir l’influence des perturbations électromagnétique sur l’ensemble de l’électronique environnante à cet émetteur.
Sur la gauche de la photo on peut distinguer un rappel des fonctions des pads de connexion grâce a une sérigraphie présente sur les deux côtés.

Mesures

Renseigné à 26×26 dans la fiche technique, les dimensions sont respectées.

On notera que le connecteur MMCX d’antenne déborde un tout petit peu mais ça ne change rien car on doit quand même y connecter la rallonge d’antenne.

Les câbles de connexion en silicone pré-soudés font 8cm de long, ce qui laisse assez de mou pour la plupart des builds.

La rallonge d’antenne MMCX vers SMA (ou RP-SMA) est standard chez AKK et fait un peu moins de 8cm de boût à boût.

Attention qu’avec cette rallonge seuls un peu moins de 5cm sont vraiment exploitables car non rigide.

On nous l’avait annoncé à 5,4g sans rallonge/antenne dans la fiche technique et nous l’avons mesuré à 5,7g… bon… on ne va rien dire pour cette fois

Avec la rallonge d’antenne on est pile poile à 10g.
Soit, cela fait 4,3g pour la rallonge d’antenne.

Tests sur le banc

Passons aux choses sérieuses et voyons ce que cet émetteur a sous le capot (bien qu’il en soit dépourvu).
J’ai réglé l’alimentation de laboratoire sur 12V, réglé l’émetteur sur une fréquence de 5800MHz (soit le canal Fatshark 4) SANS signal vidéo pour ne pas l’influencer et j’ai mis deux multimètres calibrés dans la ligne; celui de gauche est en voltmètre et celui de droite en ampèremètre.
J’ai connecté au pc du labo l’analyseur de spectre RF explorer pour avoir une vue graphique du fonctionnement de l’émetteur.
Un wattmètre ImmersionRc v2 est connecté à la sortie de l’émetteur pour mesurer sa puissance de sortie.
Note: Pour garder une stabilité de fonctionnement de l’émetteur, j’ai mis en service un ventilateur qui refroidit l’émetteur car quand l’émetteur chauffe (et il chauffe fort) la puissance de sortie diminue.

Attention et Rappel: n’allumez JAMAIS votre émetteur sans y connecter une antenne appropriée sous peine de le détruire de manière irréversible.

En mode 25mW il est censé consommer 100mA.
Nous mesurons 91mA de consommation pour 36,6mW de sortie.

Pour voir si l’émission est propre sur tout le spectre standard vidéo, j’ai agrandi la bande passante de l’analyseur de spectre à 200MHz.
C’est OK !

On réduit la bande passante à 20MHz pour voir la tête des porteuses.
Vidéo au centre, audio à gauche et à droite.

En mode 200mW il est censé consommer 200mA.
Nous mesurons 168mA de consommation pour 268,6mW de sortie.

Le spectre reste propre, on pourra voler à plusieurs sans se gêner!

En mode 400mW il est censé consommer 250mA.
Nous mesurons 200mA de consommation pour 378,5mW de sortie.
On est un peu en dessous en consommation et en émission, pour les quelques 20mW on ne va rien dire; on ne verra pas la différence à l’utilisation.

La puissance monte, la porteuse vidéo s’élargit… à l’utilisation on ne remarquera rien.

En mode 600mW il est censé consommer 320mA.
Nous mesurons 301mA de consommation pour 546,5mW de sortie.
On est un peu en dessous en consommation et en émission, pour les quelques 55mW on ne va rien dire; on ne verra pas vraiment la différence à l’utilisation.

Plus on gagne en puissance, plus la bande passante de la porteuse vidéo s’élargit.

Quelques graphiques supplémentaire à 600mW pour se faire une idée.
La bande passante de l’analyseur de spectre est réglée sur 20MHz

Du côté des températures l’émetteur chauffe assez fort.
Ici la mesure a été prise après une trentaine de secondes, émetteur sur 600mW.
la photo montre le côté pile (du côté du bouton et des leds)
77°C et ça monte !

Côté face ou celui de l’électronique (puce RF)

Après avoir forcé le refroidissement grâce au ventilateur, on retombe dans des valeurs bien plus raisonnables (51°C) et surtout on gagne à avoir une puissance de sortie stable et à son maximum.

Conclusion

Adapté pour un build qui utilise de l’électronique au format 20×20 cet émetteur vidéo se révèle vraiment pratique si on l’utilise par le SMART audio.
Léger, il n’influencera que très peu le poids de votre build.
Le vaste choix de connectique d’antenne laissé à l’utilisateur est un plus non négligeable (MMCX – SMA, MMCX – RP-SMA, UFL – SMA, UFL – RP-SMA, MMCX direct antenna, UFL direct antenna).
La large gamme de puissance de sortie conviendra à tous les usages.

Par contre je n’ai pas apprécié les fils pré-soudés (bien que de qualité) car ils ne permettent pas un échange de matériel rapide sur le terrain ou pour des essais, mais cela évite un éventuel débranchement du connecteur en vol.
Si vous comptez l’utiliser en dehors de la législation qui fixe la puissance à 25mW maximum, il vous faudra penser à bien le ventiler, voir à forcer son refroidissement par un petit radiateur aluminium ou un micro ventilateur SI vous voulez garder une sortie de puissance stable et maximum car plus il chauffe fort, moins la puissance de sortie est élevée.

Liens intéressants

L’émetteur vidéo AKK FX3 Ultimate sur la boutique AKK

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code